Friday, June 21, 2024
JOURNAL EN FRANCAISJUSTICE ET DROITS

Procès Munyemana : le viol des mères devant leurs enfants assure la continuité du génocide, un témoin

Un témoin de contexte dans l’affaire Sosthène Munyemana devant la cour d’assises de Paris, Madame Hélène Dumas, souligne le viol comme un acte de génocide qui vise à rendre éternelle l’existence du génocide.

« Des enfants sont témoins du meurtre de leurs parents mais aussi de leur viol. Ces viols sont perpétrés dans le but de détruire toute transmission de vie. Pour ces enfants, la sexualité n’est pas une œuvre de vie mais de mort. Les viols sont commis dans le but de transmettre le Sida si bien qu’aujourd’hui, le génocide tue encore. » Dit Dumas.

Madame Dumas insiste sur le sort des femmes et des enfants, systématiquement massacrés, qui marque la signature de ce qu’est un génocide.

« Les enfants racontent comment ils sont morts, jetés parmi des corps en décomposition, souvent dans des latrines. Ces textes pour enfants regorgent de détails d’une extrême cruauté qui sont la marque d’un racisme qui détruit les corps et le psyché.

Sosthène Munyemana devant la cour d’assises de Paris est accusé de crimes commis dans la préfecture de Butare entre avril et juin 1994 qui constituent les infractions suivants : participation à un accord en vue de la préparation des crimes de génocide et autres crimes contre l’humanité, génocide , crimes contre l’humanité, complicité de génocide, complicité de crimes contre l’humanité.

Spread the love

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *