Friday, June 21, 2024
JOURNAL EN FRANCAISJUSTICE ET DROITS

Paris: condamnation de Bucyibaruta comme complice de génocide, une grosse déception pour les parties civiles

Vers 20 heures, l’heure de Paris, le tribunal a prononcé le jugement sur le procès de Laurent Bucyibaruta qui était poursuivi pour les crimes de génocide, la complicité dans les crimes de génocide ainsi que les crimes contre l’humanité, et lui condamna a 20 ans de réclusion criminelle, pour seulement la complicité dans le génocide et dans les crimes contre l’humanité.

Le verdict qui n’est pas bien accueilli par les parties civiles

Le président de CPCR (Collectif des parties civiles pour le Rwanda), Alain Gauthier est déçu : « 20 ans de réclusion criminelle c’est  trop peu, simplement condamné pour complicité ? Grosse déception». «  Mais c’est la justice. » il a ajouté.

Le verdict

Pour les faits de la paroisse de Kibeho : Bucyibaruta  est acquitté de toutes les charges (auteur, complice de génocide et complice de crimes contre l’humanité).

Pour l’ETO De Murambi, les paroisses de Cyanika et Kaduha: Laurent Bucyibaruta est reconnu comme complice de génocide et complice de crimes contre l’humanité (mais n’est pas reconnu comme auteur direct de génocide).

Pour les rondes et les barrières: Bucyibaruta est reconnu comme complice de génocide et crimes contre l’humanité.

Pour les faits à la prison de Gikongoro: Bucyibaruta est acquitté de toutes les charges.

Pour l’École Marie-Merci de Kibeho: Bucyibaruta est reconnu coupable comme complice de génocide et de crimes contre l’humanité.

Aucun châtiment approprié pour le génocide

Me. André Martin Karongozi affirme qu’aucun châtiment ne pourrait être approprié au génocide ; il trouve 20 ans de réclusion criminelle suffisant pour Bucyibaruta compte tenu des éléments qui ont été présenté devant la cour.

Laurent Bucyibaruta est né en 1944 dans la préfecture de Gikongoro. Il est devenu préfet de Gikongoro le 4 juillet 1992 et a occupé ce poste jusqu’en juillet 1994. Il aurait participé en tant que militant au Mouvement national républicain pour la démocratie et le développement (MRND) et à la tête du comité préfectoral du mouvement Interahamwe, la jeunesse organisation du MRND. Il a fui le Rwanda pour la France en 1997.

Spread the love

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *